4 novembre 2015 : La grève a été votée, mobilisons-nous dans les établissements ! (article de la TDG de ce jour cliquez ici)

TDG mercredi 4 novembre 2015

C’est à l’unanimité moins une abstention que l’assemblée des fonctionnaires qui s’est tenue mardi soir au Palladium a confirmé le préavis de grève déposé le 27 octobre par le Cartel intersyndical. La fonction publique fera grève le mardi 10 novembre. Ce jour-là, une nouvelle assemblée décidera, dans l’après-midi, si le mouvement sera reconduit le 11 novembre.

Cela faisait longtemps qu’une assemblée générale du personnel de la fonction publique n’avait pas connu une telle affluence. Très satisfait, Marc Simeth, le président du Cartel, annonçait, en cours de soirée, la présence de 650 personnes. Elles étaient en tous les cas plus de 500 à remplir la salle de la rue du Stand. «C’est très bon signe pour la suite», a commenté le président.

1800 postes en moins

Ce qui provoque ce début de forte mobilisation, c’est le projet de budget 2016 du Conseil d’Etat et les mesures structurelles qu’il veut imposer. «Jamais, dans l’histoire des services publics, un Conseil d’Etat n’avait osé une attaque aussi large sur les conditions de travail et les prestations à la population», a lancé Davide De Filippo, secrétaire syndical du SIT. Rappelant que le Conseil d’Etat veut diminuer les charges salariales de 5% – en allongeant notamment l’horaire hebdomadaire de travail de 40 à 42 heures – il a indiqué que cela représentait 1800 postes de travail. «Il est impossible de préserver la qualité des services publics avec 1800 postes en moins», a-t-il conclu sous les applaudissements.

Après lui, Paolo Gilardi, du Syndicat des services publics (SSP), a encore fait monter la température en affirmant que le seul but des économies demandées était de faire payer à la fonction publique la facture de la future réforme de l’imposition des entreprises. «L’enjeu est énorme, a-t-il averti. Ce ne sera pas une grève facile. Mais le choix est d’être perdant tout de suite ou de se donner les moyens de se battre.»

Unité retrouvée

Face à une salle conquise d’avance, les orateurs ont également insisté sur le caractère unitaire du mouvement. Le SSP, qui avait quitté le cartel, est de nouveau là. La police est également de la partie. Même les cadres, habituellement très réservés, ont fait savoir qu’ils soutenaient les revendications.

A l’exception des TPG, toute la fonction publique est donc appelée à faire grève mardi prochain. Et une option est prise pour la poursuivre le lendemain afin de défiler avec les maçons qui, le mercredi, seront en grève dans toute la Suisse. (TDG)